Forum rpg basé sur un univers fantastique et contemporain original.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Gare de Lyon] La piste du loup-garou - [Pv Anéa] - en cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellana Ferghana
Admin fondatrice
avatar

Féminin Messages : 1835
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 30


MessageSujet: [Gare de Lyon] La piste du loup-garou - [Pv Anéa] - en cours    Lun 13 Déc - 9:39

Nom du pnj principal : Alicia Jones
Lien vers la fiche du pnj : ici

- La situation du topique dans le temps : Le vendredi, 26 mars, vers 20 heures 30.
- La Météo : 11°C, le ciel est légèrement voilé, mais il n'y a pas beaucoup de vent et l'air est peu chargé en humidité.
- Langue principale du rp : Le français.

Spoiler:
 

Comme d’habitude ou du moins comme la plus part des vendredis et mercredi, Alicia avait passé une partie de la journée dans la gare de Lyon, profitant parfois simplement de son côté abrité et se risquant d’autres fois à faire la manche en déposant à ses pieds quand elle était debout et à côté d’elle quand elle était assise un verre en plastique et un bout de carton sur lequel était seulement écrit le mot merci.

Quand elle faisait ainsi la manche en général, elle était tolérée par les gens de la gare, parce qu’elle était relativement discrète et n’embêtait pas les gens avec des beugleries d’ivrogne, même s’il lui arrivait quand même de temps en temps qu’un policier ou un membre de la sncf lui demande de partir.

Ils n’étaient pas chiens néanmoins : avec le temps, ils devaient bien finir par savoir qu’elle venait à peu près tous les mercredis et tous les vendredis à la même heure, mais on la virait généralement gentiment seulement vers 17 heures ou 17 heures 30, autrement dit on la virait alors qu’elle était là depuis un petit moment.

On ne l’avait pas viré ce jour là, mais elle avait quand même pris ses clics et ses clacs vers 17 heures 30 pour faire un tour dehors : elle avait besoin d’air, air qui, par chance commençait à se radoucir, ce qui était toujours bon à prendre.

Elle était revenus ensuite et s’était alors posé sur l’un des sièges parmi les passagers attendant leur train. Avec ses bagages d’ailleurs, on aurait même pu la prendre pour l’un d’entre eux et ceux d’autant plus qu’elle était assise bien en face des panneaux des départs vers lequel elle jetait régulièrement des petits coups d’œil.

Là, elle écrivit un instant dans l’un de ses petits cahiers, l’air concentrée, absorbée par ce qu’elle faisait et légèrement nerveuse –l’une de ses jambes « battait » la cadence d’une chanson qui n’existait pas et elle faisait parfois de même avec sa main qui tenait son crayon quand elle n’écrivait pas. Elle se lima aussi un ou deux ongles, puis ressortit son cahier et recommença à écrire, jetant quand même de temps en temps des petits coups d’œil à l’heure via sa montre ou le panneau des départs.

Le gargouillis sonore de son ventre lui indiqua bientôt qu’elle avait faim et qui lui faudrait lever le camp pour aller casser la croûte et puis rentrer…

Elle n’en avait pas envie néanmoins. Elle avait plus ou moins finit par s’habituer à la vie qu’elle menait –elle s’était résignée à continuer sur cette voie en tout cas, mais elle n’aimait pas les souterrains ces derniers temps.

Elle avait vite eut l’impression qu’il y avait des trucs bizarres là-dedans, mais ces derniers temps c’était pire. Et ça lui filait d’avance le cafard. Et la frousse aussi, pendant qu’elle y était. Pour couronner le tout en plus, personne ne la croyait et on la prenait même pour une illuminée quand elle essayait d’ouvrir la bouche.

- Tous des imbéciles, de toutes façons, idiots, bornés et aveugles, marmonna t-elle ensuite en fixant le sol, ce qui surprit désagréablement sa voisine, qui se retourna vers elle, juste à temps pour qu’elle lui retourne son regard sans forcement prendre la peine d’être aimable.

Elle eut alors envie rire. Vraiment. Cette petite blonde d’une quarantaine d’années avec ses cheveux bien peignés était risible en fin de compte. Plus qu’elle surement. Elle se promenait surement dans la rue tous les jours avec la certitude de savoir plein de chose sur la vie et le monde qui l’entourait, alors qu’en réalité, elle ne savait rien du tout.

Alicia aussi ne savait pas grand-chose, mais elle avait au moins l’avantage d’être consciente de ses lacunes et de leur existence.

- Hum, finit-elle alors par avoir à ses pensées avec un grand sourire sur les lèvres –ce qui acheva de convaincre la blonde de la faible solidité de sa santé mentale et la poussa à se lever.

- Des crétins, c’est ce que je disais, continua t-elle en se décalant pour prendre sa place et poser l’un de ses sacs dans lequel elle rangea son nécessaire d’écriture avant de le poser sur son ancien siège.

N’avait-elle pas peur qu’on la prenne pour une folle ? Bah non. Enfin, elle était persuadée que cela lui arrivait fréquemment, mais ça aussi c’était devenue une habitude. Elle vivait dans la rue depuis une bonne dizaine d’années à présent cependant, alors ce que les autres pensaient d’elle, n’était plus vraiment au cœur de ses soucis.
Revenir en haut Aller en bas
http://mondesparalleles-rpg.forumsactifs.com
 
[Gare de Lyon] La piste du loup-garou - [Pv Anéa] - en cours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le loup-garou
» Le mythe du loup-garou et Un mythe plus large
» Soirée Loup Garou -- Spécial ... Italie !
» Purple III : L'oeil du loup [ spectre du loup garou ] (ok)
» Gare de Lyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mondes parallèles rpg  :: Jeu : Réalité Alpha.5 :: La planète Terre - Dimension du réel :: La surface de la Terre :: L'Eurasie :: La France :: Paris :: Rue, commerce et lieu de rencontre-
Sauter vers: