Forum rpg basé sur un univers fantastique et contemporain original.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’éducation chez les magiciens (historique)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellana Ferghana
Admin fondatrice
avatar

Féminin Messages : 1835
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 30


MessageSujet: L’éducation chez les magiciens (historique)   Lun 24 Mai - 2:35

    Introduction

L’éducation chez les magiciens est aujourd’hui essentiellement assurée par une seule école appelée Altarane.

Cette école est néanmoins loin d’être une très vieille et très ancienne école, de même que le fait d’y envoyer ses enfants n’allait pas forcement de soit il y a peu et est parfois encore fait à contre cœur par certains parents.

Il y a peu de temps encore, la tradition chez les magiciens voulait en effet que le savoir se transmettre par le biais de « maîtres », un maître transmettant sont savoir à de petits groupes d’élèves généralement composés de 5 à 17 jeunes âgés de 7 à 22 ans, voir 25 ans.

Ces maîtres qui s’autoproclamaient ainsi étaient généralement choisit par les parents en fonction de leur relation ou de la réputation de ce dernier.


    Une première tentative d'uniformisation de l'enseignement

Au 17ème siècle néanmoins, en 1617, Henry Beddell créa une première « institution » avec plusieurs acolytes et en présenta le programme à ses pairs.
Ils s’agissaient alors pour eux de regrouper les connaissances des magiciens afin de les transmettre plus efficacement aux futures générations.

Bien qu’ayant fait des débuts timides (elle ouvrit ses portes avec une dizaine d’élèves), l’école remporta rapidement un franc succès, au détriment de maîtres dont un certain nombre finirent par rejoindre le rang de ses professeurs.

On admet généralement que l’école atteint son apogée dans les années 1640 où près de 50 à 70% des magiciens y auraient suivie des études.
La réputation de l’école commença néanmoins à chuter à la fin des années 1657. Une secte, s’y serait en effet peu à peu ancrée et développée et certaines dérives liées à cette secte seraient également apparues au sein même de l’école et dans la région alentour où deux petits villages avaient commencé à se développer.

On dit par ailleurs qu’un groupe au sein même de l’école opposait une « résistance » face à la domination de cette secte dont certains professeurs auraient eux-mêmes fait partie. D’autres versions parlent d’une intervention des « forces de l’ordre » de l’époque sans être beaucoup plus précises au sujet de ce qui s’est réellement passé à cette époque (des documents attestent néanmoins bien qu’au moins trois « enquêtes » furent menées dans l’école en près d’un an et demi, les archives des années suivantes ont néanmoins disparues et ne peuvent donc infirmer ou confirmer l’hypothèse d’une intervention extérieure).

Quoiqu’il en fût, il semblerait que la secte ait été démantelée et finit par disparaître. Elle entraîna néanmoins également l’école dans sa fin, puisque celle-ci ferma en 1667.


    La mise en place et la généralisation du système actuel

Les magiciens ne reparlèrent ensuite plus beaucoup d’école, même si des traités en matière d’éducation et des livres ressemblant à des manuels commencèrent à fleurir ici et là.

A la fin du 18ème siècle et au début du 19ème néanmoins, certains recommencèrent à prôner la création d’une ou plusieurs écoles afin de garantir un meilleurs apprentissage de la magie.

L’idée fin son chemin, et en 1823 une commission fut créer afin d’étudier la question et celle des « précautions à prendre » pour éviter que les choses ne tournent mal.


Un premier projet fut ainsi présenté en 1873 et la construction de l’école débuta quelques années plus tard, malgré le peu d’entrain que l’idée semblait remporter dans le reste de la population magique.

L’école finit enfin par ouvrir en 1920 dans des locaux flambants neufs « à la hauteur de la beauté de la capitale ».

Elle ne remporta néanmoins pas le vif succès de son prédécesseur, au moins dans ses premières années et la mode des écoles (au sens plus grec du terme) continuèrent à perdurer en parallèles jusque dans les années 70.

A cette époque, le doute fini néanmoins également par planer sur ces écoles, souvent devenues plus sectaires dans la sélection de leurs élèves et il fut décidé que les futurs magiciens devraient recevoir un enseignement fourni par l’école ou par l’administration et les parents de l’élève sous contrôle de la première et par personne d’autres, sauf autorisation contraire.

Le fait d’envoyer ses enfants dans cette école s’inscrivit ainsi peu à peu dans les mœurs des magiciens, et à quelques récalcitrants rétrogrades près cela va aujourd’hui de soit pour la majorité des magiciens.
Revenir en haut Aller en bas
http://mondesparalleles-rpg.forumsactifs.com
 
L’éducation chez les magiciens (historique)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?
» L’éducation soutient l’établissement d'une kleptocratie
» Limonade: un berceau historique méconnu
» visite chez le gynéco
» VIDEO Historique , ha la nostalgie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mondes parallèles rpg  :: Avant de jouer :: Encyclopédie :: Les différents types de personnage :: Magiciens-
Sauter vers: